Autonum finance également les véhicules commerciaux !

 

econoline3

 

 

Beaucoup de personnes l’ignorent, mais Autonum offre également le financement nécessaire afin de se procurer un véhicule pour un usage professionnel. Un entrepreneur pourrait avoir, par exemple, un bon dossier de crédit, mais sans toutefois être accepté par les institutions financières traditionnelles à cause de l’usage particulier qu’il entend faire de sa fourgonnette ou de sa camionnette. Dans ce cas, Autonum peut l’accompagner dans cette démarche en lui fournissant tout le financement et les protections nécessaires, et ce à un taux d’intérêt débutant à 9,99%, selon la qualité de son dossier.

 

Vraiment, en couvrant ce marché spécifique, Autonum est le crédit auto qui dit oui !

 

N’hésitez pas à nous contacter pour de plus amples informations à ce sujet.

Découvrez 5 nouvelles tendances en marketing automobile

160134_WEB_CPPWheelsTVVirtualTestDriveBlogPost_MC01b_4ROUTE

 

  1. Les recherches en ligne

Bien que les consommateurs achètent toujours leurs véhicules directement chez les concessionnaires, 85 à 90 % d’entre eux effectuent des recherches en ligne pendant 3 à 4 mois avant l’achat (Source : Automotive Shopper Path to Purchase, Millward Brown Digital and Polk, Septembre 2015). En effet, de nos jours, l’acheteur de voiture fait en moyenne seulement deux visites chez les concessionnaires dans sa recherche du véhicule parfait puisqu’il se forme une opinion et prend ses décisions en faisant ses propres recherches en ligne. Il est donc essentiel que vous soyez présent lors de ce processus si vous voulez être l’une des deux visites de concessionnaires qu’ils feront quand ils seront prêts à acheter.

 

 

  1. Vidéos

marketing-automobile

Les données montrent que lors de leurs recherches, les acheteurs sont de plus en plus influencés par la vidéo. En fait, 69% des personnes qui ont utilisé YouTube lors de l’achat d’une voiture ont été plus influencés par ce médium que par la télévision, les journaux ou les magazines (Source : TNS Media Consumption Report). Les principaux types de vidéos que les acheteurs d’automobiles recherchent comprennent : les essais routiers, les démonstrations de fonctionnalités et d’options et les visites de l’intérieur ou de l’extérieur du véhicule. Le temps passé à regarder ces catégories de vidéos automobiles est en hausse de près de 2X dans la dernière année.

 

 

  1.  Médias sociaux

Il est prouvé que d’avoir une présence structurée et active sur les canaux de médias sociaux suscite l’intérêt des consommateurs et accroît l’activité de recherche automobile. Alors que les acheteurs de voitures ne vont pas sur des sites comme Facebook pour consulter votre inventaire, celui-ci est par contre un outil important de la gestion de réputation de votre entreprise et de la relation client, fournissant de précieuses occasions de dialoguer avec eux.

 

 

4.   SEO

Plus de 50% des acheteurs démarrent le processus d’achat automobile sur un moteur de recherche comme Google (Source : Automotive Shopper Path to Purchase, Millward Brown Digital and Polk, Septembre 2015), il est donc important de connaitre et de placer des mots clés (SEO) dans votre stratégie pour vous assurer d’être présent dans les termes et les recherches les plus susceptibles de conduire les consommateurs à votre entreprise.

 

 

  1.  Mobile

Même si la majorité du processus d’achat de voiture se déplace en ligne, la visite chez le concessionnaire automobile à proximité demeure une étape cruciale dans le déroulement de l’acquisition d’un véhicule. En fait, l’intérêt de la recherche pour «concessionnaires automobiles près de chez moi» a doublé depuis la dernière année.  Sur ceux qui ont utilisé leurs appareils mobiles dans le cadre du processus d’achat, un sur trois l’ont fait pour situer ou appeler un concessionnaire sur leur télephone intelligent.

 

Au-delà du « où » , les acheteurs recherchent également le « quand » et « quoi ». La recherche pour « concessionnaires ouverts le dimanche » par exemple, est très populaire, en particulier sur les téléphones mobiles (qui constituent 84 % de ces recherches) et aussi, la recherche des inventaires pour savoir si la bonne voiture est en stock est en croissance de plus de quatre fois sur l’ensemble des recherches.

 

Pour de plus amples renseignements à ce sujet, contactez-nous et il nous fera plaisir de vous aider.

 

Contact

  • Indiquez-nous l'objet de votre requête

Comment relancer une boîte au bord de la faillite

La situation peut paraître désespérée et conduire inexorablement votre entreprise à faire faillite. Avant qu’elle n’empire, vous pouvez réagir de bien des manières…

L’anticipation et la rapidité de votre réaction restent vos meilleurs atouts. à noter que les conseils suivants, peuvent être également appliqués dans le cas où vous voudriez démultiplier votre rentabilité. N’hésitez pas à les mettre en pratique même si tous les signaux sont au vert.

Couper dans les dépenses superflues

Commencez par réaliser un bilan de l’ensemble de vos dépenses et de vos ressources. Avoir une vue globale de votre business vous permet de prendre de meilleures décisions. Vous devez ensuite affecter les coûts en fonction des produits et services afin de déterminer exactement les actions qui s’avèrent rentables ou non. Vous pouvez prendre la décision d’arrêter certains pans de votre activité qui ne sont pas lucratifs pour le moment et de manière parallèle réduire certains coûts. La grande difficulté sera de trouver un juste équilibre entre les investissements nécessaires pour l’avenir et ceux qui demeurent superflus.

Repenser son offre

Face aux consommateurs de plus en plus connectés et exigeants, il devient parfois nécessaire de repenser le positionnement de son entreprise. Pour se différencier, la société doit parfois complètement revoir son processus de fabrication, de distribution ou simplement sa stratégie marketing. C’est ce qu’a par exemple réalisé Apple en 1996. À l’époque, Steve Jobs reprend les rênes de la société et découvre que la marque à la pomme est à deux doigts de faire faillite. L’entrepreneur rachète NeXT, firme qu’il a également cofondée, fournit à Apple le code source de NeXTSTEP à partir duquel est développé le système d’exploitation Mac OS X et initie la campagne publicitaire « Think Different » pour repositionner les valeurs de la marque. S’ensuivent ensuite les innovations que nous connaissons, de l’iMac à l’iPad en passant par l’iPod et l’iPhone. Quand on voit ce qu’est devenue l’entreprise aujourd’hui, on se dit que tout est possible, non ?

Réétudier la chaîne de fabrication

Le défi de cet exercice reste de ne pas trop affecter la qualité afin de ne pas faire fuir vos clients. Prenez conscience des qualités de votre produit ou service qui ont entraîné la décision d’achat. Demandez à vos clients et vérifiez précisément ce qu’ils apprécient et dans quelle mesure vous pouvez le modifier. Certains pourraient même vous proposer des solutions qui pourraient vous faire réaliser des économies ou attirer de nouveaux consommateurs.

Renégocier auprès des prestataires

La première méthode qui vient naturellement à l’esprit concerne le coût de prestation de vos fournisseurs. N’hésitez pas à les rencontrer de manière à connaître ce qui pourrait être réduit ou non. En dehors même d’une baisse de prix, certains pourraient vous proposer des solutions alternatives qui s’avèrent plus rentables pour eux et qui n’affectent pas ou très peu votre produit. Dans certains cas où votre trésorerie s’avère très faible, négocier les délais de paiement auprès d’eux peut devenir une méthode efficace pour garder une bonne relation tout en disposant de fonds nécessaires en attendant que vos comptes retrouvent le moral. Mettre en concurrence les différents prestataires semble une bonne solution pour trouver celui qui vous fera le meilleur prix. Les fournisseurs ne sont pas les seuls qui peuvent vous aider. N’hésitez pas à contacter des acteurs comme l’URSSAF qui restent de très bons soutiens s’ils sont prévenus en amont et qui peuvent vous accorder des délais. Les clients peuvent également de la manière inverse accélérer leur rythme de paiement si leur trésorerie le leur permet.

Trouver des financements

Autre acteur important qui peut vous aider si vous ne le prévenez pas à la dernière minute : votre banque. Celle-ci possède de nombreux moyens de vous appuyer. On pensera notamment au découvert autorisé, aux crédits et à l’affacturage. Si votre activité ne le permet pas ou que votre relation avec l’interlocuteur bancaire s’est détériorée au fil du temps, vous pouvez rechercher d’autres types de financement. Pensez à vos actionnaires actuels qui peuvent éventuellement réinvestir. Expliquez-leur les raisons qui exigent un nouvel apport en capital car ils s’inquièteront souvent de ce type de demande, même s’il ne s’agit que d’une croissance moins forte qu’espérée. Vous pouvez également trouver des investisseurs et procéder à une levée de fonds.

Développer les ventes

Autre solution pour sortir d’une faillite éventuelle même si évidente : vendre plus ou vendre mieux. Une fois que vous avez déterminé vos produits les plus rentables et ceux qui bénéficient de la meilleure marge, aiguillez vos clients vers eux. Ils n’auront souvent pas conscience de ce qui vous rapporte le plus ou le moins. Pour augmenter vos ventes, vous pouvez également songer à baisser vos prix. Cette solution reste à prendre avec des pincettes car votre marge diminue et il vous faudra vendre plus pour rentabiliser ce changement. à l’inverse, l’augmentation de prix peut accroître vos marges et n’affectera parfois que très peu votre clientèle. Développer ses ventes peut également passer par une amplification de la communication autour de vos produits ou services. Cette technique risquée s’avère souvent l’une des plus performantes. Il vous faudra bien évaluer le risque avant d’y avoir recours car en cas d’absence de résultats, elle pourrait définitivement achever votre société. De la même manière, développer de nouveaux canaux de ventes, mal ou pas du tout exploités, peut contribuer à l’accroissement de celles-ci.

Comment augmenter sa cote de crédit?

Une bonne cote de crédit peut avoir des effets très bénéfiques. Premièrement, vos demandes de prêt ont beaucoup plus de chance d’être acceptées et les taux d’intérêt que les institutions bancaires vont vous offrir risquent d’être meilleurs. Un bon pointage de crédit est signe que vous constituez un risque plus faible pour l’institution financière.

Quelques conseils pour augmenter sa cote de crédit:

  1. Toujours payer ses soldes minimums et factures à temps… et même payer plus que le paiement minimum requis.
  2. Laisser votre utilisation du crédit le plus bas possible
  3. Garder vos vieilles cartes de crédit (question d’ancienneté de crédit)
  4. Éviter de faire des demandes de prêt inutiles
  5. Éviter la multiplication des cartes de crédit

Avoir une bonne cote de crédit peut être très avantageux lorsque vient le temps de faire une demande de prêt automobile. Que cela soit pour un prêt personnel, une marge de crédit, une carte de crédit ou un prêt hypothécaire, cela vous sera bénéfique d’avoir une bonne cote de crédit à votre dossier.

Une entente entre Toyota et Mazda

Importante nouvelle provenant du Japon : lors d’une réunion, les constructeurs Toyota et Mazda ont officialisé leur partenariat. Celui-ci durera plusieurs années, et les résultats de cette entente seront visibles dès les prochains mois.

L’accord est plutôt simple (du moins, en surface) : les technologies des deux compagnies seront partagées entre elles et serviront à améliorer les véhicules Toyota et Mazda à travers la planète.

Rappelons que les deux manufacturiers ont collaborés ensemble auparavant : Toyota a déjà vendu ses technologies hybrides à Mazda (ce qui évitait au manufacturier d’Hiroshima de devoir concevoir son propre système), et les sous-compactes de Toyota ont déjà été produites dans les usines mexicaines de Mazda. De plus, la petite Scion iA (qu’on connaitre ici sous le nom de Toyota Yaris berline) sera construite sur le châssis de la Mazda2.

Par la suite, on peut supposer que les avancements de la technologie Skyactiv se retrouveront dans les produits Toyota; par la suite, Toyota pourrait faire profiter son nouvel allié de ces percés scientifiques au niveau des motorisations électriques.

Comprendre notre cote de crédit

Tout d’abord, une cote de crédit représente le niveau de risque (faible ou élevé) lorsque l’on nous prête des sous.

Les agences de crédit telles qu’Equifax et TransUnion utilisent une cote allant de 300 à 900 points. Plus vous vous approchez du 900 moins vous représentez un risque pour les personnes et les institutions vous prêtant de l’argent (en fait un score en haut de 700 = vous êtes un bon payeur).

Votre cote de crédit comporte aussi une cote R allant de 1 à 9. Voici ce que signifie chaque cote R :

Cote R0
– Votre dossier de crédit est trop récent ou vous n’avez pas utilisé votre source de crédit.
Cote R1
– Vous payez dans les 30 jours de la date d’échéance ou vous n’avez pas eu plus d’un paiement en retard.
Cote R2
– Vous payez dans les 30 jours de la date d’échéance ou vous ne dépassez pas 60 jours ou vous n’avez pas eu plus de deux paiements en retard.
Cote R3
– Vous payez dans les 60 jours de la date d’échéance ou vous ne dépassez pas 90 jours ou vous n’avez pas eu plus de trois paiements en retard.
Cote R4
– Vous payez dans les 90 jours de la date d’échéance ou vous ne dépassez pas 120 jours ou vous n’avez pas eu plus de quatre paiements en retard.
Cote R5
– Vous payez toujours avec au moins 120 jours de retard.
Cote R6
– Cote inexistante
Cote R7
– Vous effectuez vos paiements de façon régulière selon une entente de paiements pour régler vos dettes.
Cote R8
– Reprise de possession.
Cote R9
– Vous êtes considéré comme un mauvais créancier ou vous avez été placé en recouvrement ou vous êtes déménagé sans laisser d’adresse ou avez fait faillite.

Quelle que soit votre cote de crédit, il vous est possible de vous en sortir
. Il suffit d’entrer en contact avec une compagnie fiable et spécialisée qui pourra vous aider !